Vendredi de manif’, Une mobilisation qui a fait pschitt ( vidéo)

La résistance appelée par le leader du Pastef continue dans les régions sans les leaders. Deux  morts ont été enregistrés à Ziguinchor et Dakar et des blessés. Retour sur une chaude journée entre arrestations, mobilisation et dispositif sécuritaire.

Lors de sa dernière sortie, Ousmane Sonko, leader du Pastef, a été péremptoire sur son intention de défier l’autorité, suite à l’invalidation de la liste de sa coalition nationale en perspective des prochaines élections législatives. Dans ce sillage, il a aussi bravé l’interdiction par le préfet de Dakar de leur manifestation de ce vendredi qui, en termes de mobilisation, aura été un échec total, un flop. En effet, aucun des leaders de Walu et de Yeni n’a pu fouler la Place de la Nation, ex Obélisque.

A l’origine d’une démobilisation 

Agissant par anticipation, la police a placé d’importants dispositifs sécuritaires devant chez Sonko, Barthelemy, entre autres. De ce fait, seuls quelques groupes de jeunes ont pu semer le trouble. Contrairement  aux  milliers de manifestants du 8 juin, ce 17 juin qui a vu l’opposition, en termes de mobilisation, revoir ses vues chiffrées à la baisse. Suffisant pour se demander quel sera son avenir, si cette situation perdure.

Lecture diagonale 

Prétexte pour le Président Sall de l’écraser ou pour briguer un éventuel troisième mandat ? Toujours est-il que malgré l’échec de la mobilisation, la presse locale et internationale a fait ses choux gras de l’événement.  Avec ces morts, c’est l’espoir de faire la politique autrement qui se dissipe pour les Sénégalais dépités de cette tension politique.

%d blogueurs aiment cette page :